Fashion Week, Fashion, Mode, Defile de mode
Photo© Pixabay, Geralt, CC0

Fashion week : les nouvelles technologies révolutionneraient-elles notre consommation de la mode ?

A l’occasion de la Fashion Week, nous nous sommes demandés comment innovation pouvait rimer avec nouvelles créations. A l’heure où la consommation se digitalise toujours plus et où l’expérience client revient au centre des discussions, les nouvelles technologies révolutionneraient-elles notre manière de consommer la mode ?

Un show Chanel robotisé pour Karl Lagerfeld en 2016, des sneakers qui se lacent toute seule pour Nike, du textile connecté… autant de technologies qui envahissent le monde de la mode, jours après jours. La Fashion Tech est en passe de révolutionner notre manière de consommer la mode !

Qu’est-ce que la Fashion Tech ? A première vue, c’est un mélange de mode ( fashion ), de technologie ( tech ), et d’un soupçon d’innovation. Une recette simple mais complexe dans les faits.  La Fashion Tech est donc un terme qui englobe toutes les évolutions touchant au secteur de la mode, à l’heure du digital. Ce secteur, très traditionnel et peu technologique, se transforme aujourd’hui petit à petit. Toute la chaîne industrielle est d’ailleurs concernée : les matières premières, la création, la conception, la commercialisation, le recyclage etc. Bien que peu connu, il préfigure le futur d’une collaboration singulière entre la mode et la hight tech ( haute technologie ).

Fashion words ?

Lorsque nous parlons de Fashion Tech, nous employons aussi de nouveaux termes, qui définissent cette nouvelle tendance :

  • Wearable, utilisé pour parler des vêtements connectés, voire augmentés. Ces vêtements ou accessoires possèdent des technologies avancées ( électroniques ou informatiques ), permettant de proposer un service supplémentaire aux consommateurs;
  • Smart-textil ou le textile intelligent, a qui l’on peut faire faire ou dire des choses;
  • L’impression 3D, pour repenser les conceptions et accentuer le détails des pièces…

Un tour d’horizon des nouveaux usages langagiers de ce secteur, qui ne manque pas de fashion !

De l’utile à l’agréable

Technologique, oui mais pourquoi faire ? Parmi les innovations qui émergent dans le secteur de la mode, beaucoup cherchent à remettre l’utilisateur au centre de la conception, en proposant des services utiles. C’est là tout l’enjeu des vêtements ou accessoires connectés, censés nous faciliter la vie :

  • Oombrella, un parapluie connecté capable de vous avertir en temps réel de la météo, ou de vous envoyer une notification quand vous l’oubliez quelque part;
  • Un portefeuille qui recharge votre smartphone ? C’est possible avec la maison De Rigueur.

La personnalisation est aussi un gros enjeu du secteur de la mode. Notamment, du luxe. Il n’est pas impossible de penser que les Data ( données personnelles ) récoltées par nos vêtements connectés, pourraient dans un futur proche, nous proposer des services sur-mesure et/ou nous faire vivre des expériences uniques. Ces évolutions tendent à changer nos modes de vies, notre quotidien et notre rapport au corps par le vêtement.

Dis moi ce que tu achètes et je te dirai qui tu es

La révolution technologique se voit également dans l’expérience d’achat et l’évolution des points de ventes. Aujourd’hui, il n’est pas rare de voir chez les marques, des services utiles et personnalisés : conseils instantanés de professionnels de la mode, de stylistes personnels, d’une communauté, pour éliminer tout effet d’indécision et provoquer à coup sur, l’achat; ou des services de personnalisation des vêtements en temps réel, comme le fait l’entreprise indienne eShakti.

“ La mode est de plus en plus influencée par la data et les préférences des consommateurs. Les données ont un vrai rôle à jouer dans la création, il ne s’agit plus seulement de l’intuition du créateur et de son équipe. ” explique Tudor Gheorghiu, co-fondateur d’AskAnna.

Une adaptation obligatoire et rapide des créateurs, aux nouveaux comportements des consommateurs. Mais une adaptation aussi, dans la manière de vendre aux clients. En effet, de nouveaux comportements d’achat comme le showrooming ( repérage en magasin, avant d’acheter en ligne ) ou au contraire, le webrooming ( repérage en ligne, avant d’acheter en magasin ) apparaissent. Une évolution qui repense le rôle des magasins en lieux d’expériences et en lieux d’interactions, pour provoquer chez le client toujours plus de satisfaction.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :