deep tech; technologie; france;

La deep-tech, c’est quoi ?

L’expression Deep-tech désigne les startups, qui proposent des produits ou des services sur la base d’innovations de rupture. Leur ambition ? S’attaquer à la résolution des grands défis du XXIe siècle. L’intérêt pour les Deep Tech est mondial et la France peut compter sur l’excellence de sa recherche pour briller dans ce domaine.

Contrairement aux startups de la tech classique ou low tech, qui créent de nouveaux produits ou services à partir de technologies existantes, les pépites de la deep tech, se concentrent sur l’innovation de rupture.
Nées le plus souvent dans un laboratoire, elles font l’objet d’un transfert de technologie pour s’attaquer à la résolution des grands défis du XXIe siècle dans tous les domaines : énergie, environnement, aéronautique, santé, industrie, mobilité, agriculture, finance, télécoms, transports…

Les deep tech, porteuses de transformations radicales

À la jonction du monde industriel et du domaine de la recherche, les deep tech sont porteuses de transformations radicales, scientifiques et technologiques, qui pourraient bouleverser des secteurs entiers de notre société – si l’on en croit ceux qui les promeuvent -, en répondant aux grands enjeux économiques, sociaux et environnementaux. Soutenues par les industriels et les investisseurs, elles préfigurent la prochaine révolution industrielle.

A l’origine des défis technologiques et scientifiques, les deep tech sont confrontées à trois obstacles majeurs, d’un niveau bien plus élevé que ceux rencontrés par les start-up de services numériques, pour parvenir à émerger ( source : « From Tech to Deep Tech » ) :

  • une levée de fonds très importante, notamment pour l’acquisition d’équipements spécifiques et onéreux ;
  • un délai de mise sur le marché particulièrement long ( dix ans ), lié au temps requis par l’expérimentation;
  • une conversion complexe à l’échelle industrielle, à faire aboutir.

 

Les deep tech pèsent une goutte d’eau dans l’océan des startups, ( puisque le monde comptait environ 140.000 startups, fin 2014. ) mais ce sont elles qui permettent la «vraie» innovation technologique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :